ChatGPT permet maintenant aux hackers d’écrire des malwares fonctionnels

Des chercheurs en sécurité de Check Point Research ont rapporté que, quelques semaines après la mise en ligne de ChatGPT, des participants à des forums de cybercriminalité l’utilisaient pour écrire des logiciels et des emails à des fins de phishing et de ransomware par exemple.

Le changement principal vient du fait que certains n’ont que peu ou pas d’expérience en matière de codage et peuvent maintenant créer des malwares fonctionnels en partant de rien

ChatGPT is enabling script kiddies to write functional malware

Since its beta launch in November, AI chatbot ChatGPT has been used for a wide range of tasks, including writing poetry, technical papers, novels, and essays and planning parties and learning about new topics. Now we can add malware development and the pursuit of other types of cybercrime to the list.

ChatGPT : mauvaise nouvelle, les cybercriminels ont aussi commencé à l’utiliser

C’est une tendance inquiétante : les pirates se sont aussi emparés de ChatGPT et certains s’en servent pour créer e-mails de phishing et malwares en quelques secondes. Le début d’une nouvelle ère ? C’était à prévoir, les IA génératives sont d’ores et déjà utilisées pour concevoir des logiciels malveillants à la vitesse de l’éclair.

Can AI detectors save us from ChatGPT? I tried 3 online tools to find out

This is the second article in what’s becoming a series exploring the issues of AI-generated text. In this installment, my AI buddy and I are looking at the question of whether it’s possible to fight back against AI-generated plagiarism, and how that might work. Also: What is ChatGPT and why does it matter?

Russian Hackers Eager to Bypass OpenAI’s Restrictions to Abuse ChatGPT

According to Check Point Research (CPR), Russian hackers are trying to bypass OpenAI’s restrictions for the malicious use of ChatGPT.

un petit clic pour ma veille
un super clic pour la maintenance du blog

Veilleur et spécialiste en cybersécurité

1 Comment

  • Sylvain KLAM

    C’est une bonne chose que d’avoir mis ce genre d’outil en place. Attention tout de même cela n’est pas encore au niveau de la créativité humaine. Il y a donc encore beaucoup de travail pour que cette intelligence artificielle puisse se mettre à niveau d’un être humain que ce soit sur le plan de la réflexion comme des émotions. Pour l’instant cela reste une machine à qui on donne tout un tas d’informations et elle « apprend » à s’en servir par rapport aux requêtes formulées par les utilisateurs et également à leurs retours qui sont précieux pour consolider cette base de connaissances.

Post a comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

S'incrire à la newsletter

Inscrivez-vous et recevez la synthèse des nouveaux articles directement dans votre boîte aux lettres.

Merci pour votre inscription !

Un erreur s'est produite. Merci d'essayer à nouveau ou utiliser le formulaire disponible dans la barre latérale du site.

Send this to a friend