jeudi , 1 octobre 2020
aile d'un avion

Est-il encore possible de redresser la cybersécurité dans l’aviation?

Un nouveau rapport sur la cybersécurité dans l’aviation pointe du doigt le délabrement de la sécurité aérienne et, pire encore, la méconnaissance du problème au sein de cette industrie.

Are we running out of time to fix aviation cybersecurity?

Shipping giant Maersk suffered close to half a billion dollars in losses in 2017 when it was infected by the NotPetya sabotageware. Maersk was not even a target of that attack. Could the same thing happen in aviation? The realization is beginning to dawn on the aviation sector that, yes, it could.

https://www.atlanticcouncil.org/in-depth-research-reports/report/aviation-cybersecurity-scoping-the-challenge-report/

Le rapport est accessible ici:


️ Pour m'offrir un café en échange du travail de veille réalisé gratuitement

Il est aussi intéressant de mettre en regard cette actualité avec l’intention de Boeing de pousser l’automatisation de l’avionique suite à ses problème avec le … pour davantage de sécurité 🙂

MAX Crashes Strengthen Resolve of Boeing to Automate Flight

Boeing Co. is increasingly committed to transferring more control of aircraft from pilots to computers after two crashes exposed flaws in an automated system on its 737 MAX that overpowered aviators in the disasters.

About Marc Barbezat

Blogueur et spécialiste en cybersécurité

Check Also

kit premier secours

Un guide du NIST pour se rétablir après une attaque de ransomware

Le NIST a publié un guide pratique sur la cybersécurité que les entreprises peuvent utiliser pour se remettre d'attaques de type ransomware

Un dealer du darknet trahi … par ses empreintes digitales

Voici le récit intéressant qui montre comment un e-baron de la drogue est tombé grâce à une simple photographie.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

La newsletter