Les cybercriminels au front pour profiter du coronavirus 👾🤬👎

Déroulez ici

N’oubliez pas que les cybercriminels continuent de profiter du coronavirus pour infecter le monde de malwares. En Suisse, comme MELANI le reportait vendredi, ils tentaient d’abuser avec la référence à l’OFSP. Comme quoi, ils ont un pied en local pour rendre plus crédible leurs tentatives 🙁


Pour m'offrir un café en échange du travail de veille réalisé gratuitement

En Suisse, l’alerte de MELANI

GovCERT.ch on Twitter

Des criminels exploitent l’actualité autour du #Coronavirus pour tenter d’infecter les ordinateurs de leurs victimes avec le maliciel AgentTelsa. N’ouvrez pas ce message usurpant l’ @BAG_OFSP_UFSP !

Des cyberattaques se servent de la pandémie de coronavirus

“Depuis vendredi midi, des cybercriminels exploitent l’actualité autour du coronavirus en envoyant des emails usurpant l’identité de l’Office fédéral de la santé publique (OFSP), écrit samedi la Centrale d’enregistrement et d’analyse pour la sûreté de l’information (MELANI). Ces courriels doivent être immédiatement supprimés. Les cybercriminels tentent d’infecter les ordinateurs de leurs victimes avec le maliciel AgentTelsa.

Et pas mieux à l’étranger:

Coronavirus : les cybercriminels en profitent

Sécurité : Des espions des gouvernements chinois, nord-coréen et russe ont été vus en train d’utiliser des e-mails sur le thème Covid-19 pour infecter leurs victimes avec des logiciels malveillants.

Comment les hackers surfent sur le Coronavirus pour multiplier les actes malveillants

Plusieurs experts en cybersécurité, qui constatent une augmentation des attaques informatiques ces dernières semaines, tirent la sonnette d’alarme. Dans un contexte de crise sanitaire et économique liée à l’expansion du Covid-19, les pirates informatiques redoubleraient d’imagination pour tromper les utilisateurs, particuliers comme entreprises.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

La newsletter