La sécurité des mobiles et les chefs d’État

Déroulez ici

Le spécialiste en sécurité Bruce Schneier a publié récemment un article intéressant qui détaillent les défis de la sécurité des mobiles dans le contexte des différents scandales qui ont touché ces derniers mois plusieurs chef d’État. Dans son article, il rappelle justement les cibles principales:

  1. le téléphone lui-même par exemple en le compromettant lors de sa construction
  2. les communications qui peuvent être interceptées
  3. sans oublier que le contenu et en particulier les applications ou le système d’exploitation peuvent être des nids d’espions.

Et voici un extrait traduit:

Plus tôt cette semaine, le New York Times a rapporté que les Russes et les Chinois écoutaient le téléphone portable du président Donald Trump et utilisaient les informations recueillies pour mieux influencer son comportement. Ceci ne devrait étonner personne. Les experts en sécurité ont parlé des failles de sécurité potentielles de l’utilisation du téléphone portable de Trump depuis qu’il est devenu président. Et le président Barack Obama a hérité – mais a acquiescé – des règles de sécurité lui interdisant d’utiliser un téléphone portable “régulier” tout au long de sa présidence.

Trois questions plus larges émergent évidemment de l’histoire. Qui d’autre écoute les appels de Trump sur son portable? Qu’en est-il des téléphones portables d’autres dirigeants du monde et de hauts fonctionnaires? Et – le plus personnel de tous – qu’en est-il de mes appels sur mon téléphone portable?

Il existe deux endroits pour écouter n’importe quel système de communication: aux points finaux et pendant la transmission. Cela signifie qu’un attaquant du téléphone cellulaire peut compromettre l’un des deux téléphones ou espionner le réseau cellulaire. Les deux approches ont leurs avantages et leurs inconvénients. La NSA semble préférer une écoute en masse des principaux liens de communication de la planète, puis la sélection d’individus d’intérêt. En 2016, WikiLeaks a publié une série de documents classifiés répertoriant les “sélecteurs de cibles”: numéros de téléphone que la NSA recherche et enregistre. Parmi eux figuraient des hauts fonctionnaires allemands, parmi lesquels la chancelière Angela Merkel, la France, le Japon et d’autres pays.

L’article complet est accessible via ce lien:

Cell Phone Security and Heads of State

Earlier this week, the New York Times reported that the Russians and the Chinese were eavesdropping on President Donald Trump’s personal cell phone and using the information gleaned to better influence his behavior. This should surprise no one. Security experts have been talking about the potential security vulnerabilities in Trump’s cell phone use since he became president.

1 Comment

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.