jeudi , 1 octobre 2020

Un ‘bon virus’ pourrait-il sauver l’Internet des objets du botnet?

Aujourd’hui, beaucoup de maladies mortelles sont heureusement jugulées grâce aux vaccins. Par analogie, pourquoi ne serait-il pas possible, dans le monde informatique, d’inoculer une variante neutralisée de virus pour guérir l’internet des objets?

Cette idée fait son bout de chemin comme le montre l’article ci-dessous.


️ Pour m'offrir un café en échange du travail de veille réalisé gratuitement

But now one person thinks they have a potential solution. Software engineer Leo Linsky has published code – based upon the leaked source code of Mirai – that could spread like a worm, breaking into vulnerable web-connected cameras and other devices to change their default login credentials.

Pour rappel, la dernière méga-attaque de déni de service qui a secoué le web s’est essentiellement appuyée sur des objets connectés piratés. Connaissant certaines de leurs failles béantes, pourquoi alors ne pas diffuser sur le web un vers avec pour mission de combler automatiquement ces trous de sécurité? Une idée à suivre même si de nombreuses questions juridiques, éthiques, … restent encore ouvertes.

Could a ‘good worm’ save the Internet of Things from the Mirai botnet?

The Mirai botnet has certainly has made its presence felt – hijacking control over poorly-protected Internet of Things devices across the globe to launch massive denial-of-service attacks. And the problem isn’t an easy one to fix. Even if manufacturers of… #internetofthings #miraibotnet

About Marc Barbezat

Blogueur et spécialiste en cybersécurité

Check Also

kit premier secours

Un guide du NIST pour se rétablir après une attaque de ransomware

Le NIST a publié un guide pratique sur la cybersécurité que les entreprises peuvent utiliser pour se remettre d'attaques de type ransomware

Un dealer du darknet trahi … par ses empreintes digitales

Voici le récit intéressant qui montre comment un e-baron de la drogue est tombé grâce à une simple photographie.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

La newsletter