La fintech fait le buzz dans la presse romande

Déroulez ici

La fintech fait le buzz dans la presse romande cette semaine.  On la retrouve dans l’Agefi suite au premier événement Fintech Connect, un événement privé organisé par Le Décodeur en collaboration avec AlpICT (des informations suivront …).


Pour m'offrir un café en échange du travail de veille réalisé gratuitement

agefi_2015-06-08_lun_01Collaboration plutôt que   confrontation. C'est la philosophie adoptée par ces start-up actives dans les technologies financières en Suisse. Les fintechs ne sont-elles pas l'un des domaines   les plus en vue dans les start-up américaines et britanniques ces dernières années?La plupart sont actives dans l'intégration d'une partie des services bancaires, qualifiée de disruptive. En particulier dans les paiements. L'engouement est assez simple à  comprendre: pour le client final, ces fintechs permettent de se passer des banques à  moindre frais. A cette motivation pragmatique peut venir s'ajouter le fait que le public a en général peu d'estime pour le secteur bancaire, et pense   entretenir avec le e-banking de moins en moins de contacts directs avec lui.
Source  : Premières tentatives tangibles de structuration du fintech en Suisse | Agefi.com

Mais encore dans Le Temps qui confirme la collaboration et la complémentarité:

Fintech dans le temps

Face à  l'essor des «fintech », contraction de finance et technologie, aura-t-on encore besoin de filiales bancaires à  l'avenir? Michael Auer, vice-président de la direction désigné de Raiffeisen Suisse, en reste convaincu: «La relation avec un conseiller reste nécessaire quand le client doit prendre des décisions émotionnelles, comme lors de la souscription d'une hypothèque ou en matière de prévoyance », a-t-il estimé lors d'un séminaire de l'Association suisse des banquiers consacré à  la transformation numérique qui a eu lieu mardi à  Berne.
Source  : La «fintech » ne fera pas disparaître le contact direct avec les clients – LeTemps.ch

Puis encore dans Le Matin Dimanche qui profite de se pencher sur les nouvelles générations et leurs contacts avec la banque ainsi que les révolutions à  venir:

Finance Une étude américaine relève que les jeunes à¢gés de 18 à  34 ans sont peu enclins à  confier leur argent aux institutions. L'heure est aux fintechs, aux start ­up innovantes ou aux prêts entre particuliers.

source: La génération Y va pousser les banques traditionnelles à  se réinventer.  Le Matin · 14 Jun 2015 · par  Emilie Veillon

image
La génération Y va pousser les banques à  se réinventer

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

La newsletter