innovation (source pixabay)

La FinTech, une chance à  saisir pour les banques

Le nouveau contexte économique oblige les banques à  se renouveler et aujourd'hui une chance s'offre à  elles pour co-innover avec le secteur dynamique de la technologie financière, la FinTech. Tour d'horizon de ce nouveau territoire à  l'occasion de l'annonce du premier incubateur FinTech suisse à  Genève.

un petit clic pour ma veille

Les banques sous pression pour innover

Depuis la chute de Lehman Brothers en 2009 et des crises financières qui s'en sont suivies, les banques ont dà» apprendre à  naviguer en période de tempêtes. Elles ont ainsi dà» revoir leur fonctionnement, chasser leurs inefficacités opérationnelles et simultanément assimiler une ribambelle de nouvelles exigences réglementaires.

En parallèle, une nouvelle concurrence est née et remet en question le monopole historique de certaines sources de leurs revenus. C'est ainsi que des nouveaux acteurs ont réussi à  s’immiscer, par exemple, dans le domaine du crédit via le crowd-sourcing ou encore en proposant des transferts de paiement en direct entre mobiles sans les banques.

Cette nouvelle donne a contraint les banques à  revoir entièrement leur modèle économique, à  imaginer de nouveaux services et à  s’engager dans une démarche active d’innovation. Un enjeu essentiel aujourd'hui pour elles est donc d'assembler sur les systèmes existants des nouvelles solutions que la FinTech peut leur fournir très rapidement.

innovation (source pixabay)

Les investissements dans la FinTech explosent

En 2014, les entreprises actives dans la FinTech ont levé 6,8 milliards de dollars de fonds à  travers le monde. Tous secteurs confondus, ce sont les investissements FinTech qui ont connu les croissances les plus importantes sur les 12 derniers mois; les premières introductions en bourse ont même permis à  plusieurs startups de dépasser le milliard de dollars de capitalisation. L’exemple le plus symptomatique est certainement Lending Club qui a réussi à  lever 870 millions de dollars en décembre dernier et qui est évaluée maintenant à  près de 5,4 milliards de dollars. D'autres, comme Ondeck, Stripe, Transferwise, Kreditech, Credit Karma et Wonga sont également promises à  un bel avenir.

Aujourd'hui, à  propos de l'innovation Fintech, on constate que les banques nord-américaines ont un intérêt prioritaire pour les produits mobiles, sur l’engagement de nouveaux entrants “perturbateurs” dans les services financiers et sur la sécurisation des systèmes. En Europe par contre, les banques focalisent leur attention sur les données, l’ouverture de leurs systèmes aux développeurs via des API (Application Programming Interface) et le développement d’outils de conformité et de surveillance. De leur côté, les banques d’Asie-Pacifique mise sur la FinTech pour améliorer prioritairement leurs systèmes de gestion des risques et faciliter l’adoption du cloud computing.

Sous l’impulsion des banques, les incubateurs FinTech suivent la même tendance et prolifèrent comme par exemple en Angleterre avec Barclays et son “Barclays Accelerator” ou encore CommerzBank et son “Main Incubator”, le tout premier incubateur de FinTech en Allemagne. En France, les grandes banques font aussi les yeux doux à  ces start-up comme par exemple le Crédit Agricole avec le “Village by CA” ou encore BNP Paribas via “Innov&Connect”

Genève, capitale suisse de la FinTech?

En Suisse, la FinTech existe bien entendu et elle a la chance de se développer sur le même terreau fertile qui permet à  notre pays de se hisser parmi les nations les plus innovantes de la planète. Il aura pourtant fallu attendre début 2014 pour voir naître le premier incubateur Fintech en Suisse à  Genève. Né de l’association entre Polytech Ventures et de Temenos, ce projet démarrera effectivement en automne et devrait alors soutenir une dizaine de start-ups.

Aujourd'hui, ce bouillonnement autour de la FinTech est perceptible dans les autres régions de Suisse en commencant par le pôle financier zurichois, promettant ainsi des éclosions de start-up très prochainement.. Les acteurs de la promotion économique, comme par exemple le cluster AlpICT, s'activent également et se confirment comme des relais importants vers le secteur bancaire. Il reste donc à  espérer que toutes ces forces en présence sauront s'accorder et être à  l'unisson pour faire briller très prochainement l'innovation Fintech suisse par-delà  nos frontières.

 

Pour en savoir plus voici également une sélection d’articles en relation avec ce sujet:

No Title

No Description

Veilleur et spécialiste en cybersécurité

Newsletter

Me suivre: