dimanche , 27 septembre 2020
PostFinance Page d'accueil
PostFinance Page d'accueil

PostFinance apprend que l’on ne vend pas (encore) les données de ses clients

PostFinance, une banque postale suisse, a appris récemment que l’on ne fait pas ce que l’on souhaite des données de ses clients. Après la  réaction de ces derniers, c’est le Préposé fédéral à  la protection des données qui a, à  son tour, rappeler que les clients avaient des droits sur les données les concernant.

La stratégie de communication : Vous acceptez ou vous partez

Pour rappel, PostFinance avait récemment obligé ses clients à  accepter ses nouvelles conditions générales l’autorisant à  partager  leurs données et habitudes de navigation avec des partenaires commerciaux. Pris en otage, les personnes qui ne le souhaitaient pas n’avaient initialement pas  d’autre choix que d’abandonner le service e-banking. Le Préposé fédéral est alors intervenu et  a contraint PostFinance à  prévoir un “op-out”, une option de sortie mais n’excluant pas les services en ligne.


️ Pour m'offrir un café en échange du travail de veille réalisé gratuitement

Les clients de PostFinance ne sont plus exclus du service de paiement en ligne «e-finance » s'ils disent non à  l'utilisation de leurs données à  des fins publicitaires. Le préposé à  la protection des données est intervenu pour restaurer le libre choix des utilisateurs.

Via PostFinance remis à  l'ordre www.laliberte.ch

PostFinance remis à  l’ordre
PostFinance, dans son communiqué du 8 octobre 2014, a ensuite préciser sa position de la manière suivante:

Le 12 octobre, l’e-finance de PostFinance apparaîtra dans sa toute nouvelle version. Dans le cadre de ce lancement, PostFinance souhaite commencer à  analyser les données de trafic des paiements de ses clients privés à  la fin de l’automne/pendant l’hiver 2014 afin de pouvoir leur proposer des offres promotionnelles de tiers adaptées aux groupes cibles à  partir du mois d’avril 2015. Les données relevées lors de cette analyse resteront systématiquement chez PostFinance. Les données ne seront pas transmises, l’accès par des tiers ne sera pas possible et la vente des données à  des tiers est exclue. De même, il sera impossible pour des tiers d’identifier les personnes concernées.

Les réactions des clientes et des clients ces dernières semaines ont montré que l’analyse de leurs données personnelles à  des fins de marketing et le fait de leur proposer des offres de tiers suscitaient une certaine réticence. PostFinance prend ces réserves très au sérieux et ne souhaite pas mettre en péril la confiance que lui témoigne sa clientèle.

Des attaques contre nos données qui ne vont que s’amplifier

Il faut malheureusement être conscient que ce type d’attaque contre nos données personnelles ne va aller  qu’en  s’amplifiant dans le futur. Leur valeur commerciale attire logiquement les convoitises et les banques, avec leurs montagnes de données, y voient logiquement une nouvelle opportunité de revenus. Il ne reste donc qu’à  être attentif aux prochaines évolutions des conditions générales des banques et des autres services (électricité, télécommunications par ex.) pour ne pas découvrir trop tardivement les prochaines tentatives d’exploitation de nos données personnelles.

D’un autre côté, en reconnaissant la valeur de nos données, il est  logique que, dans le cas de l’acceptation de leur utilisation par des tiers, que leur propriétaire puisse également en tirer avantage. A suivre donc.

About Marc Barbezat

Blogueur et spécialiste en cybersécurité

Check Also

Microsoft Sécurité

Un hold-up de 150 Mios $ et le code de Windows XP dans la nature #veille (27 sept. 2020)

Les actualités de cybersécurité qu’il ne fallait pas manquer cette semaine

code QR

Un petit rappel, méfiez-vous des codes QR!

Voici un rappel que les code QR ne sont pas anodins

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

La newsletter