jeudi , 1 octobre 2020

L’explosion des objets connectés

Aujourd’hui, de plus en plus d’objets partagent notre quotidien et simultanément échangent des données sur internet. Petit tour des opportunités et des risques qui naissent avec ces objets dorénavant connectés à  nos vies.

70 milliards d'objets connectés en 2020

Internet est certes le média par excellence pour échanger des informations et communiquer mais il est surtout et simplement le réseau informatique global de notre planète. Il a jusqu'à  présent surtout facilité l'accès aux pages web mais aujourd'hui une révolution s'annonce: celle de l'internet des objets.


️ Pour m'offrir un café en échange du travail de veille réalisé gratuitement

Les objets commencent en effet à  prendre vie, à  échanger des données entre eux et vers des applications d'analyse et de traitement. Ainsi, lorsque l'on parle d'objets connectés, il faut distinguer trois familles distinctes: La plus intuitive est celle regroupant les terminaux de communication comme les smartphones, les tablettes ou même certains téléviseurs intelligents par exemple. La deuxième catégorie, le Machine-to-Machine (M2M), réunit les objets capables de s'échanger des données entre eux sans intervention humaine et dont la domotique est certainement l'exemple le plus représentatif. Le troisième type rassemble les objets connectés qui sont incapables de se relier seuls à  internet et qui vont devoir tirer parti d'autres relais pour s'y connecter. C'est de cette dernière famille qu'émergent présentement une vague d'innovations sans précédent comme les Google Glass ou les bracelets intelligents par exemple.

Aujourd'hui, l'internet des objets a le vent en poupe et certaines analyses récentes sur le sujet prévoient que ce réseau global devrait passer de 4 à  80 milliards de points de connexion en 10 ans en 2020 et dont 85 % seront des objets connectés.

Des utilisations limitées à  l'imaginaire

Cette extrême croissance de l'internet des objets est bien sà»r induite par l'évolution technologique et le cap de maturité atteint par leurs composants élémentaires tels que les accéléromètres, les gyroscopes, les nano-capteurs et les puces d'interfaçage RFID, Bluetooth, NFC ou Wi-Fi. Leur miniaturisation et leur maîtrise de la consommation énergétique, combinées au développement des capacités fonctionnelles des applications web d'aujourd'hui, rendent dorénavant illimités les cas d'utilisation imaginables de ces objets connectés à  notre quotidien.

Parmi les utilisations les plus prisées du moment, il faut mentionner les objets connectés liés à  la santé et au sport. Sous la forme de bracelets, de capteurs cardiaques ou de chaussures connectées entre autres, ils permettent de s'auto-mesurer et de suivre son état physique et ses performances sportives en temps réel.

Google Glass
Un exemple d'objet connecté : Les Google glass (source https://plus.google.com/+GoogleGlass/)

La sécurité est un autre centre d’intérêt où les objets connectés se matérialisent sous la forme de caméras commandées ou de capteurs d’intrusion par exemple. Ainsi reliés à  internet, il devient possible d'assurer une surveillance intelligente permettant des levées de doutes rapides et l'engagement des meilleurs moyens de sécurité selon la situation du moment.

Des objets géniaux à  apprivoiser

L'utilisation de ces objets amène également son lot de nouveaux risques et de menaces pour la protection de nos données personnelles en particulier. Plusieurs organismes, comme la CNIL française, mettent d'ailleurs en garde les utilisateurs sur la prolifération de leurs données. Ils leur rappellent qu'une donnée peut sembler anodine lors de la collecte mais que celle-ci peut recéler ensuite à  l'analyse beaucoup d'informations et être finalement utilisée à  des fins de profilage ou de ciblage.

Il faut également remarquer que l'objet connecté n'a, pour l'heure, habituellement aucun statut juridique, ce qui lèvent d'évidentes questions de responsabilités mais également éthiques.

Devant la somme d’avantages incontestables que ces objets sont néanmoins capables de nous procurer, il n'y a pas lieu de peindre le diable sur la muraille. Il est néanmoins important d'évaluer correctement ce nouveau paradigme afin d'adopter positivement les bons principes de précaution qui nous permettrons d'apprivoiser la puissance des informations qu'ils génèrent.


En complément voici une série d’articles à  propos de l’internet des objets et consultés pour la préparation de cet article:

Ces objets connectés qui commencent à partager notre vie (with images) · b3b

De plus en plus d’objets qui nous habillent ou nous équipent commencent aujourd’hui à échanger des données sur internet. Petit tour des opportunités et des risques qui naissent avec ces objets connectés à nos vies.

About Marc Barbezat

Blogueur et spécialiste en cybersécurité

Check Also

kit premier secours

Un guide du NIST pour se rétablir après une attaque de ransomware

Le NIST a publié un guide pratique sur la cybersécurité que les entreprises peuvent utiliser pour se remettre d'attaques de type ransomware

Un dealer du darknet trahi … par ses empreintes digitales

Voici le récit intéressant qui montre comment un e-baron de la drogue est tombé grâce à une simple photographie.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

La newsletter