La CNIL dénonce la surveillance massive des citoyens

Déroulez ici

L’année 2013 aura été difficile  pour les personnes qui avaient encore des illusions sur la protection de leurs données privées. L’affaire Snowden et celles  qui ont suivi auront finalement mis à  plat la surveillance générale opérée dans le monde.


Pour m'offrir un café en échange du travail de veille réalisé gratuitement

C’est dans ce contexte que la Cnil  française, la Commission  Nationale de l’Informatique et des Libertés, a publié le 19 mai dernier son rapport annuel 2013. A cette occasion, elle y rapporte en introduction que

L'année 2013 a une fois encore montré une activité en forte croissance avec plus de 2500 décisions adoptées, 5640 plaintes (près de 2000 concernant l'e-réputation), 4305 demandes de droit d'accès indirect reçues (soit près de 10 000 demandes individuelles) et 414 contrôles réalisés. Ces chiffres illustrent la place prépondérante des données personnelles à  l'ère numérique, et la sensibilité croissante des citoyens. Face à  cette activité en pleine expansion, la CNIL poursuit une action efficace et accélère sa mutation pour gagner encore en réactivité.

Elle rappelle également la  préoccupation croissante  et bien entendu l’importance de son action :

En 2013, la CNIL a enregistré environ 5640 plaintes, ce qui correspond à  une stabilisation des demandes. Ceci s’explique toutefois essentiellement par une meilleure orientation des demandes dès leur réception et par une mise en avant de contenus pratiques précisant davantage les cas dans lesquels la CNIL peut intervenir (les fiches pratiques sur les données personnelles au travail et sur la vidéosurveillance/vidéoprotection ont ainsi été téléchargées plus de 100 000 fois).

Dans un article du Monde Informatique :

Dans les grandes lignes du rapport 2013 de la Cnil, un événement majeur l’emporte. Isabelle Falque-Pierrotin, présidente de la Commission Nationale de l’Informatique et des Libertés, pointe du doigt les ravages de l’affaire Snowden en dénonçant «  une rupture majeure dans le paradigme de la surveillance   ». Avec le système de surveillance Prism, c’est «  la démocratie qui est menacée   ». Isabelle Falque-Pierrotin s’étonne même du «  fatalisme de nos démocraties   », ce qui l’amène à  se poser la question sur le «  type de société dans lequel nous souhaiterions évoluer   ».

via  Dans son rapport 2013, la CNIL dénonce la surveillance massive des citoyens – Le Monde Informatique.

Le rapport est accessible en direct ici :  Le 34e rapport d’activité de la CNIL

Et en complément, voici une infographie qui rappelle les interventions de la Cnil en 2013:

infographie La CNIL en Chiffres 2013

 

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

La newsletter