The future of risk

Pour la gestion des risques, la crise actuelle aura au moins permis de relever les faiblesses des approches utilisées. Mais maintenant, l’expérience acquise lors de cette période mouvementée doit être capitalisée pour le futur et une meilleure vision des risques.

un petit clic pour ma veille

Cette crise nous a démontré que tant la probabilité de survenance que l’impact des risques avaient été souvent incorrectement mesurés au sein des entreprises.

Dans ce contexte, le cabinet Ernst & Young a publié une étude qui permet de comprendre comment les sociétés appréhendent dorénavant l'identification et la gestion des différents types de risques auxquels elles sont confrontées.

the future of riskCette étude a permis d'interroger en juin et juillet dernier, 507 Présidents, Directeurs Généraux et Administrateurs dont plus de 200 en Europe (en collaboration avec the “Economist Intelligence Unit”).

Les faits marquants de l'étude

1. Pour 96 % des entreprises la crise économique et la complexité croissante des affaires ont conduit à  un renforcement des politiques de risk management et de contrôle opérationnel, ces deux dernières années.

Les investissements majeurs opérés par les entreprises européennes se sont portés sur :

  • l'homogénéisation au niveau groupe des démarches d'identification des risques majeurs,
  • la meilleure coordination des démarches de traitement des risques.

2. La plupart des dirigeants estiment qu'une gestion des risques intégrée a permis d'améliorer la cohérence de leur politique de risk management avec la stratégie globale de développement.

  • Mais seuls 50 % estiment tangibles les apports du risk management dans l'amélioration de leur performance opérationnelle et la prévention des vulnérabilités face aux risques exogènes.

3. Dans un contexte économique, ou il convient de travailler à  ressources contraintes, ils estiment qu'il est désormais nécessaire de :

  • travailler sur la meilleure coordination de l'ensemble des fonctions de risk management et de contrôle au sein des entreprises (HSE – Legal – Control – Quality- ….) afin d'améliorer l'efficacité des démarches et également éviter les «trous » dans le dispositif de couverture.
  • s'assurer de l'efficience de la démarche de gestion des risques (rapport entre le coà»t – la valeur apportée et la stratégie de gestion des risques),
  • tester la robustesse du dispositif face au nouvel environnement économique, plus que jamais, les entreprises doivent challenger leur dispositif de gestion des risques.

via The future of risk – Maîtrise des risques et optimisation des processus – Ernst & Young – France. (cache)

Veilleur et spécialiste en cybersécurité